• Présentation et compréhension de l’anatomie selon la médecine chinoise,
  • Approche de l’histoire et de l’évolution de la médecine chinoise,
  • Plongée au cœur des Trois trésors (sān bǎo 三宝),
  • Décorticage de la théorie du yīn yáng (阴阳) et des 5 mouvements (wǔ xíng 五行),
  • Explication claire et détaillée de ce qu’est le qì (气),
  • Vision du sang (xuè 血) et des liquides (jīn yè 津液) selon la médecine chinoise,,
« Le point essentiel dans l’étude de la médecine, c’est tout simplement le yīn yáng. » 
(Lèi Jīng (类经) Classique des classifications (1624), Zhāng Jiè Bīn (张介宾).
  • Compréhension des causes des maladies (étiologie – bìng yīn 病因),
  • Point détaillé sur les déséquilibres du qì (气), du sang (xuè 血) et des liquides (jīn yè 津液),
  • Bases de la différenciation des syndromes en médecine chinoise : les huit principes (bā gāng biàn zhèng 八纲辩证),
  • Observer, palper, interroger, sentir et écouter : les méthodes d’examens (sì zhěn 四诊) afin de collecter un maximum d’indications sur son consultant,
  • Introduction à la prise du pouls (mài zhěn 脉诊), l’observation de la langue (shé zhěn 舌诊) et du teint (miàn zhěn 面诊).
« Si en procédant à l’examen, on ne s’intéresse pas au déclenchement de l’affection, on ne s’enquiert pas des erreurs dans le boire et le manger, 
des excès dans le mode de vie, ou qu’on ne cherche pas à savoir si l’affection peut-être due à une intoxication, mais qu’immédiatement on palpe les pouls, 
comment peut-on alors poser un diagnostic correct ? 
C’est pure insanité ! C’est là une des quatre erreurs de l’examen ». 
(Huáng Dì Nèi Jīng Sù Wèn (黄帝内经素问) Simples questions du Classique interne de l’Empereur Jaune (c. Ier s. AEC)).
  • Vision holistique des canaux et vaisseaux liaison (jīng luò 经络),
  • Détails sur la façon de localiser les points d’acupuncture,
  • Découverte des secrets de l’aiguille : tenue, puncture, saisie du qì (dé qì 得气)…
  • Mise en garde concernant les précautions et contre-indications à la puncture,
  • Apprentissage de la circulation et de la localisation des points du shǒu tài yīn 手太阴 (canal du poumon), du shǒu yáng míng 手阳明 (canal du gros intestin), zú yáng míng 足阳明 (canal de l’estomac), zù tài yīn 足太阴 (canal de la rate), shǒu shào yīn 手少阴 (canal du coeur), shǒu tài yáng 手太阳 (canal de l’intestin grêle) et zù tài yáng 足太阳 (canal de la vessie), rèn mài (任脉), dū mài (督脉).
  • Toucher, palper et sentir les canaux (jīng mài 经脉) en cours pratique (1ère partie),
  • Localiser avec précision les points d’acupuncture (1ère partie),
« Les canaux et les vaisseaux luò-liaisons, c’est ce qui détermine la vie et la mort, ce qui traite les cent maladies, 
ce qui régularisent la déficience et la plénitude, 
ils ne peuvent pas ne pas circuler. »
(Huáng Dì Nèi Jīng Líng Shū (黄帝内经灵枢) Pivot spirituel du Classique interne de l’Empereur Jaune (c. Ier s. AEC)).
  • Découverte du massage thérapeutique (tuī ná 推拿),
  • Apprentissage des techniques de mains de base,
  • Initiation à la prise en charge globale du corps : dos, membres inférieurs, membres supérieurs, abdomen, tête et nuque.

 

  • Introduction à la pharmacologie chinoise (zhōng yào 中药) à usage externe,
« L’application externe des substances médicinales sont toujours prescrites par un chirurgien traitant un gonflement douloureux à la surface du corps, 
ou bien dans certaines ulcérations, une plaie incisée, 
une blessure traumatique avant ou après une opération pour drainer le pus. »
(Zhōu Lǐ (周禮) Rites des Zhōu). 
  • Harmonisation du thérapeute par le qìgōng (气功),
  • Se maintenir en bonne santé grâce aux principes du yǎng shēng (养生),
  • Massage thérapeutique de longévité,
  • Mieux vivre en mangeant mieux grâce à la diététique chinoise (shí yǎng 食养) (1ère partie).

 

  • Découverte et plongée au cœur de l’étude du corps humain (ECH) (théorie)

Vous souhaitez en savoir plus ?

Vous souhaitez commencer votre formation en Médecine Chinoise ?

Découvrez sans plus attendre  : 

 " Bases en Médecine Traditionnelle Chinoise " 

proposée par l’École Zhōng Lì

 

- OU -

Se connecter avec Facebook