2ème année

  • Point détaillé sur les déséquilibres du qì, du sang et des liquides, bases de la différenciation des syndromes en médecine chinoise (2ème partie),
  • Maîtrise de la différenciation des syndromes par la souplesse des canaux (jīng mài 经脉) selon l’approche du Dr Mukaino Yoshito,
  • Mise en situation réelle par la prise en charge de consultants dans le cadre de la différenciation des syndromes par la souplesse des canaux (jīng mài 经脉).

 

  • Décodage des canaux réguliers (zhèng jīng 正经) et de leurs connexions, des vaisseaux luò-liaison (络), des canaux divergents (jīng biè 经别), des canaux tendineux (jīng jīn 经筋) et des zones cutanées (pí bù 皮部),
  • Explication claire et détaillée des fondements de l’acupuncture des canaux grâce à biāo bén gēn jié (根节标本),
  • Étude approfondie des points d’acupuncture, présentation des différentes catégories de points,
  • Utilisation clinique des points shū- transport (输) selon le Nán Jīng (Classique des difficultés) et le Líng Shū (Pivot Spirituel).
« Là où le souffle sort, c’est le point jǐng (井);
là où le souffle s’écoule, c’est le point yíng (荥);
là où le souffle se déverse, c’est le point shū (俞);
là où le souffle transite, c’est le point yuán (原);
là où le souffle circule, c’est le point jīng (经);
là où le souffle entre, c’est le point hé (合). »
(Huáng Dì Nèi Jīng Líng Shū - Chapitre 1).
  • Conception des organes (zàng fǔ 脏腑) selon la médecine chinoise,
  • Association de la différenciation des syndromes et de la thérapeutique en étudiant le système des organes (zàng fǔ 脏腑) et des jīng luò (经络) (1ère partie) :
    • Détails des fonctions de chaque organe,
    • Approfondissement des trajets des canaux en relation : canaux régluiers (zhèng jīng 正经), vaisseaux luò-liaison (络), canaux divergents (jīng biè 经别), canaux tendineux (jīng jīn 经筋),
    • Développement de la différenciation des syndromes des canaux selon le Líng Shū (Pivot Spirituel) et le Sù Wèn (Simples Questions),
    • Exploration des syndromes des organes,
    • Développement de la physiologie des 6 niveaux : tài yáng 太阳, shào yáng 少阳, yáng míng 阳明, tài yīn 太阴, shào yīn 少阴 et jué yīn 厥阴 selon le Nèi Jīng (Classique interne) et le Dr Wáng Jū Yì,
    • Explication des notions d’ouverture, pivot et fermeture (kāi hé shū 开合枢) selon le Líng Shū (Pivot Spirituel),
    • Maîtrise des 6 systèmes selon l’approche du Yì Jīng (Classique des changements) selon les Dr Chén Zhào et Dr. Tán Té Fū .
  • Apprentissage de la circulation et des points du zú shào yīn 足少阴 (canal de reins), shǒu jué yīn 手厥阴 (canal de l’enveloppe du cœur), shǒu shǎo yáng 手少阳 (canal du trois foyers), zù shào yáng 足少阳 (canal de la vésicule biliaire), zù jué yīn 足厥阴 (canal du foie).
  • Toucher, palper et sentir les canaux (jīng mài 经脉) en cours pratique (2ème partie),
  • Localiser avec précision les points d’acupuncture (2ème partie),
  • Palpation des canaux (jīng mài 经脉) selon les enseignements du Dr Wáng Jū Yì (1ère partie),
  • Explication et maîtrise des techniques de tonification/ dispersion à l’aiguille (zhēn cì bǔ xiè fǎ 针刺补泻法),
  • Apprentissage de la puncture guidée (qián yǐn zhēn 牵引针) selon le Dr Yáng Wéi Jié,
  • Utilisation de la saignée (cì xuè 刺血) dans la thérapeutique.
  • Entraînement intensif à la puncture.
« Les maladies qui se situent en bas, on les traite en haut ; 
les maladies qui se situent en haut, on les traite en bas. 
Les maladies qui se situent à la tête se traitent au pied ; 
les maladies qui se situent aux lombes se traitent au creux poplité. » 
(Huáng Dì Nèi Jīng Líng Shū - Chapitre 11).
  • Approfondissement de la prise en charge globale du corps en tuī ná (推拿): dos, membres inférieurs, membres supérieurs, abdomen, tête et nuque.
  • Etude et traitement des pathologies ostéo-articulaires du membre inférieur et du membre supérieur en tuī ná (推拿) (1ère partie).
  • Développement de la phytothérapie chinoise à usage externe dans le traitement de troubles ostéo-articulaires (1ère partie).

 

  • Découverte et utilisation de l’auriculothérapie (ěr zhēn liáo fǎ 耳针疗法) dans le diagnostic et la thérapeutique.
« Tout le qì et le sang des douze canaux et des trois cent soixante-cinq 
vaisseaux liaisons montent au visage puis vont dans les orifices creux, 
le jīng et le yáng qì montent et vont dans les yeux alors on voit ». 
(Huáng Dì Nèi Jīng Líng Shū – Chapitre 4). 
  • Mieux vivre en mangeant mieux grâce à la diététique chinoise (2ème partie).

 

  • Travaux de réflexion en groupes sur des cas cliniques.
  • Entraînement à la prise de pouls, à l’observation de langues et de teints.