Rén xīn (仁心) project

Projets

En France

En partenariat avec le Centre Social Culturel (CSC) La Provence,  à Aix en Provence, l’association Rén xīn (仁心) project et les étudiants et intervenants de l’École Zhōng Lì proposent des consultations aux adhérents du CSC.

L’objectif est de permettre à des personnes en situation de précarité d’avoir accès à des soins en médecine traditionnelle chinoise afin d’améliorer leur confort de vie, leur hygiène alimentaire, voire de soulager certains maux ; l’accompagnement proposé au sein du Centre Social Culturel La Provence ne se substituant en aucune manière à une consultation médicale.

En Inde

Les missions de l’association Rén xīn (仁心) project s’expriment également à l’étranger et notamment en Inde, à Bodhgaya. En partenariat avec l’association Karuna Shechen, créée par Mathieu Ricard en 2009, les étudiants et intervenants de l’École Zhōng Lì, adhérents à l’association Rén xīn (仁心) project, prennent en charge gratuitement et bénévolement en médecine traditionnelle chinoise la population locale au sein de la clinique Shechen.

Aidez-nous à financer la première mission de Rén Xīn Project qui enverra 10 praticien(ne)s de médecine chinoise à Bodhgaya du 19 novembre au 3 décembre 2019 !

Grâce à votre soutien, nous pourrons :

  • Soigner bénévolement et gratuitement les plus démunis.
  • Former une équipe locale aux méthodes de traitement en acupuncture.
  • Pérenniser nos missions en collaboration avec Karuna Shechen à Bodhgaya.

 

Faites un don !

 

Bonne nouvelle !!! Rén Xīn Project a été reconnu d’utilité publique. Les dons à l’association ouvrent désormais droit à une réduction d’impôt ! 🤗
Les donateurs recevront d’ici la fin de l’année leur reçu fiscal, permettant une réduction d’impôt sur le revenu de 66 % du montant versé, dans la limite de 20 % du revenu imposable (pour les personnes imposables résidant en France).

 

Des origines…

Difficile de dire d’où provient véritablement ce projet puisqu’il est né de plusieurs personnes partageant un même regard, un même point de vue sur l’être humain. Ce qui est sûr c’est que tous se sont retrouvés au sein de l’École de médecine chinoise Zhōng Lì.

Enseignants, étudiants, co-directeurs, tous possèdent cette même volonté : être bienveillant !

La bienveillance « rén (仁) » en chinois, fait partie des cinq vertus confucianistes (wǔ dé 五德).

Elle est associée au mouvement bois (mù 木) correspondant également au printemps, au temps du renouveau, de la renaissance, mais également de l’action. L’action de bienveillance, d’empathie, d’attention et d’intention envers les autres.

Cette action de bienveillance (rén 仁) donne naissance à la bienséance (lǐ 礼), c’est-à-dire au respect des rites, des us et coutumes permettant à l’être humain de développer des attitudes, des gestes respectueux et au développement de leur sens moral.

Cette bienséance (lǐ 礼) permet donc à l’être humain de développer le sens de la droiture (yì 义), de développer une attitude et des relations justes convenant à chaque situation afin d’être le plus droit possible.

Ainsi cette droiture (yì 义) permet à l’être humain de développer sa sagacité (zhì 智), sa sagesse afin d’agir avec perspicacité.

Mais ces quatre vertus ne seraient rien sans la vertu centrale, celle qui devrait nous animer en tout temps, celle qui nous permet d’être véritablement bienveillant (rén 仁), bienséant (lǐ 礼), droit (yì 义) et sage (zhì 智) : la sincérité (xìn 信).

C’est donc de ces cinq vertus (wǔ dé 五德) essentielles que l’association « Rén xīn (仁心) project » est née.

 

Signification

Rén (仁) signifie bienveillance, « disposition d’esprit qui ouvre à la bienveillance envers autrui, libérale, universelle et désintéressée » selon le dictionnaire Grand Ricci.
Il s’agit de la vertu parfaite, de la bonté envers autrui.

Xīn (心) signifie cœur, mais également for intérieur, disposition intérieure.

Rén xīn (仁心) peut donc désigner une personne ayant « bon cœur », ou souhaitant avoir une démarche de bienveillance envers les autres, envers l’humain ou dit autrement : « l’altruisme ».

Il s’agit également d’une réduction de deux autres expressions chinoises :

Rén xīn rén shù (仁心仁術) : littéralement, « cœur altruiste et méthodes douces », mais également, miào shǒu rén xīn (妙手仁心) : littéralement, « habile praticien, cœur altruiste ».

 

Pourquoi ?

La véritable question devrait être : « Pourquoi pas ? ».

Confucius (Kǒng Zǐ 孔子) (551 av. J.C. à 479 av. J.C.), célèbre penseur et philosophe chinois est l’un des premiers à avoir développer le principe de bienveillance (rén 仁) envers les membres de sa famille. Selon lui, l’être humain vient sur Terre afin d’accomplir ce devoir de bienveillance (rén 仁). Un peu plus tard, Micius (Mò Zǐ 墨子) (479 av. J.C. à 392 av. JC.) a élargi ce devoir de bienveillance envers toute l’humanité.

Ainsi, selon certains, nous venons au monde afin d’être bienveillant (rén 仁) envers l’humanité.

Partant de là, la suite est évidente.

Il nous est apparu clairement cette idée : « pourquoi ne pas proposer un accompagnement en médecine traditionnelle chinoise aux personnes en difficultés ? »

 

Objectifs

Le premier de tous les objectifs de l’association Rén xīn (仁心) project est donc de proposer un accompagnement aux personnes en situation de précarité à l’aide des outils de la médecine traditionnelle chinoise.

En France, le tarif d’une consultation tourne généralement autour des cinquante euros !!! Ce qui, inévitablement, entraîne une discrimination quant au public pouvant s’offrir ce genre de soins.

D’autant plus lorsque l’on comprend qu’il ne s’agit pas que d’une séance. La plupart du temps, il est indispensable, afin d’avoir une efficacité optimale, d’effectuer plusieurs séances rapprochées.

C’est pourquoi l’association Rén xīn (仁心) project souhaite permettre aux personnes en situation de précarité d’accéder à des consultations en médecine traditionnelle chinoise.

 

Comment ?

Pour aider autrui, les possibilités ne manquent pas. Dans ce domaine, la médecine traditionnelle chinoise apparaît comme particulièrement intéressante.

Non seulement, elle permet souvent de soulager avec une grande efficacité un grand nombre de conditions physiques difficiles, mais en plus elle ne nécessite que peu de moyens, que peu de matériels.

A l’aide des outils, simples mais efficaces de la médecine traditionnelle chinoise, prendre en charge des personnes en difficultés devient une évidence.

Ces outils sont multiples, mais nous pouvons en distinguer cinq majeurs :

  • Tuī ná (推拿) : massage thérapeutique

Il est utilisé en cas de troubles des canaux, des muscles et tendons, des articulations, mais également dans les pathologies internes. Le thérapeute applique une série de techniques de massages, de mobilisations et éventuellement de corrections afin de traiter différentes maladies.

  • Acupuncture et moxibustion (zhēn jiǔ 针灸)

Tout comme l’eau sur Terre s’écoule grâce aux fleuves et rivières, l’énergie (qì 气) circule dans l’ensemble de l’organisme en suivant certains trajets caractéristiques, les canaux (méridiens). Tout au long de ces trajets, le thérapeute peut agir grâces aux aiguilles pour favoriser une circulation libre et harmonieuse de l’énergie (qì 气) et du sang (xuè血), permettant ainsi de réguler le yīn yáng (阴阳) et de traiter la plupart des pathologies.

L’acupuncture (zhēn fǎ 针法) est intrinsèquement liée à la moxibustion (jiǔ fǎ 灸法). Il est possible, de puncturer, mais également de chauffer certains points ou zones du corps à l’aide d’armoise afin de traiter différentes maladies.

  • Pharmacopée chinoise (zhōng yào 中药)

Aussi ancienne que l’acupuncture, la pharmacopée chinoise regroupe à l’heure actuelle plusieurs milliers de produits. Chaque substance médicinale a été étudiée de façon à établir ses caractéristiques et connaître ses actions qu’elle soit employée seule ou associée à d’autres. Ces produits en poudre, broyés ou en plantes entières, sont issus du règne végétal, minéral et parfois animal.

  • Diététique chinoise (shí liáo 食疗)

Profondément enracinée dans la culture chinoise, la diététique regroupe quantité de grandes règles alimentaires basées sur les théories de la médecine chinoise. Véritable art alimentaire et culinaire, c’est une discipline à part entière, nécessitant l’établissement d’un diagnostic précis.

  • Qì gōng (气功)

Véritable art de santé s’appuyant sur le mouvement et la respiration, le qì gōng (气功) est pratiqué par des millions de personnes à travers le monde. Pouvant être pratiqué par tous, de tous âges et de toutes conditions physiques, il est un outil fondamental pour préserver et/ ou recouvrer la santé.

 

Principe de base

En lien avec l’École Zhōng Lì, les prises en charge proposées par l’association Rén xīn (仁心) project se déroule avec sérieux, déontologie et professionnalisme :

  • Un usager est pris en charge par un binôme ou un trinôme d’étudiants de 4ème et/ ou 5ème année de l’École Zhōng Lì,
  • Les étudiants mènent la consultation du début à la fin à l’aide des méthodes d’examens (sì zhěn 四诊), de la différenciation des syndromes (biàn zhèng 辩证) afin ensuite de sélectionner l’approche semblant être la plus pertinente (lùn zhì 论治),
  • Un praticien en médecine traditionnelle chinoise confirmé encadre 3 à 4 binôme/ trinôme d’étudiants afin de s’assurer du bon déroulé de la consultation,
  • Une fiche de suivi est établie pour chaque usager afin de permettre une prise en charge optimale,
  • A tous moments, étudiants de l’École Zhōng Lì et/ ou praticiens encadrants peuvent orienter l’usager vers le corps médical adapté.