top of page

Le traitement des fractures en médecine chinoise (zhōng yī 中醫)

La fracture osseuse est une rupture de la continuité d'un os. C'est une blessure sérieuse et très douloureuse qui nécessite une prise en charge médicale immédiate et un diagnostic confirmé par radiographie.


Cependant, une expérience clinique riche a été accumulée pendant des millénaires dans les cabinets médicaux chinois et des résultats excellents ont été obtenus. Les praticiens en médecine chinoise (zhōng yī 中醫) disposent de tout un arsenal pour réduire la douleur, accélérer grandement le processus de guérison et faire recouvrir les fonctions ostéoarticulaires, en parfaite complémentarité avec une prise en charge (obligatoire) en médecine conventionnelle.


Des principes thérapeutiques différents à chaque stade de la guérison


Stade aigu, semaines 1-2


Lors d'une fracture fermée et simple, la lésion présente un gonflement et une douleur aigus. Les vaisseaux sanguins sont rompus et créent un amas de sang autour de la fracture. Cet hématome obstrue la circulation du sang, ce qui entraîne la mort des cellules osseuses et cause une inflammation et un œdème au point de fracture. La personne ressent douleur, démangeaisons et inconfort, surtout la nuit.


À ce stade, et après que les os aient été réalignés (réduction), les principes thérapeutiques chinois préconisent d'utiliser des plantes en compresse, emplâtre ou cataplasme ou un liniment et ingérer des pilules ou décoctions qui réduisent le gonflement et l'inflammation tout en faisant circuler le qì (气) et le sang (xuè 血) (il ne faut cependant pas utiliser de liniment, d'emplâtre ou de cataplasme sur une double fracture ou une fracture ouverte).


Exemple pour une fracture de la clavicule, un praticien en médecine chinoise peut :



  • utiliser une prescription telle que Qī Lí Sàn (七厘散) xuè jié (血竭 Daemonoropis Resina), shè xiāng (麝香 Moschus), bīng piàn (冰片 Borneolum), rǔ xiāng (乳香 Olibanum), mò yào (没药 Myrrha), hóng huā (红花 Carthami Flos), ér chá (儿茶 Catechu) ;

  • Utiliser un produit manufacturé tel que le fameux Yúnnán Bái Yào (Remède blanc du Yúnnán) ;


  • Utiliser l'acupuncture (zhēn fǎ 针法) pour disperser la stase de sang et la stagnation de qì (huó xuè xíng qì 活血行气) avec des points tels que Rt 10 (xuè hǎi 血海), V 17 (gé shū 膈俞) , Rt 6 (sān yīn jiāo 三阴交), GI 4 (hé gǔ 合谷), F 3 (tài chōng 太冲)… ;

  • Masser délicatement au-dessus et en-dessous de la fracture ;

  • Faire effectuer des contractions musculaires isométriques à la personne dès que le gonflement et la douleur disparaissent ;

  • Utiliser l'auriculothérapie pour arrêter la douleur et stimuler les fonctions thérapeutiques propres de l'organisme. Shén mén (神门) de l’oreille, Sympathique, Reins (shèn 肾), Foie (gān 肝) et un point correspondant à la zone atteinte sont des points d'acupuncture de l'oreille régulièrement utilisés pour ce traumatisme ;


Stade de soudure, semaines 3-4


Les os se ressoudent petit à petit tandis que de plus en plus de cellules osseuses sont produites formant du cal fibrocatilagineux puis du cal osseux. Au bout de plusieurs semaines, les cellules osseuses ont pu ressouder les os mais ils restent fins et flexibles à l'endroit de la fracture.


À ce stade, les principes thérapeutiques chinois préconisent de :

  • utiliser à nouveau de la pharmacopée (phytothérapie), mais avec une stratégie thérapeutique différente : renforcer les os (jiàn gǔ 健骨), transformer la stase et réduire la tuméfaction résiduelle éventuelle (huà yū xiāo zhǒng 化瘀消肿) et promouvoir localement la circulation du qì (lǐ qì 理气), tonifier le qì et le sang (bǔ qì xuè 补气血) pour bien fortifier les tendons et les os (qiáng jīn gǔ 强筋骨), et tonifient les reins (bǔ shèn 补肾) qui à leur tour renforcent et guérissent les os brisés (en médecine chinoise (zhōng yī 中醫), les reins engendrent les os et les moelles (shèn shēng gǔ suǐ 肾生骨髓)).

Gǔ suì bǔ (骨碎补)



  • Utiliser l'acupuncture (zhēn fǎ 针法) pour consolider les tendons et renforcer/enrichir les os tels que VB 39 (xuán zhōng 悬钟), VB 34 (yáng líng quán 阳陵泉), Rn 3 (tài xī 太溪), V 11 (dà zhù 大杼) (ce dernier point augmente le taux de calcium sanguin).

  • Minimiser l'atrophie musculaire en massant et en sollicitant les mouvements musculaires. Les exercices consistent à faire des contractions musculaires isométriques mais aussi des mouvements complets et de renforcement des articulations voisines de la fracture. Il est très important de masser et bouger pendant ce stade pour favoriser la circulation et éviter l'atrophie musculaire. Si possible, faire de la marche (si la fracture est sur un membre supérieur) ou des exercices qui renforcent l'Interne (comme le qì gōng (气功)) pour aider la circulation du qì (气) et du sang (xuè 血), accélérer la guérison et éviter les stases de sang (xuè yū血瘀).

  • Utiliser la moxibustion (jiǔ fǎ 灸法) à la fin de ce stade une fois que le gonflement et l'inflammation ont disparu.



Rémission complète, semaines 5-6


Sans un traitement de médecine chinoise (zhōng yī 中醫), le processus de consolidation peut prendre plusieurs mois, le calcium et le phosphore nécessaires à la consolidation et au durcissement des os ne se déposent que graduellement et les cellules osseuses croissent et se reproduisent lentement sans un traitement adéquat visant à tonifier leur qì (bǔ qì 补气) et qui peut dès le début grandement accélérer la guérison.


À ce stade, les principes thérapeutiques chinois préconisent de :

  • utiliser des plantes toniques pour tonifier les reins (bǔ shèn 补肾) et le qì et le sang (bǔ qì xuè 补气血) pour éviter l'apparition de douleurs d'arthrose plus tard. (Ces plantes ne sont généralement pas nécessaires chez les enfants, car ils ont suffisamment d'énergie).


Fracture ancienne/ mal traitée


Dans le traitement d'une fracture, la prévention doit être employée. Une fracture mal traitée peut impliquer de sérieuses complications et, dans le moins grave des cas, la zone de traumatisme peut rester sensible au toucher. À ce stade, une stase de sang (xuè yū血瘀) qui provoque de la douleur peut être encore présente. La médecine chinoise (zhōng yī 中醫) dispose des méthodes présentées ci-dessus, ainsi que celles, ancestrales, de guā shā (刮痧), ou du marteau fleur de prunier, que l'on peut pratiquer directement sur le lieu de la fracture uniquement si celle-ci est très ancienne et qu'il n'y a plus de contusion, afin de désobstruer les méridiens et activer les branches collatérales (tōng jīng huó luò 通经活络).


Diététique chinoise (shí liáo 食疗)


Afin de ne pas entraver le processus de guérison, il faut :

  • éviter de boire froid ;

  • éviter de manger froid ou cru ;

  • éviter les fruits de mer (mais le crabe, active le Sang ,disperse la stase (huó xuè huà yū 活血化瘀) et ressoude les os (jiē gǔ 接骨)) ;

  • éviter les produits alimentaires gras ou frits.

  • manger de la nourriture qui tonifie le qì et le sang (bǔ qì xuè 补气血) (au stade de la soudure) : châtaigne, viande de poulet, bouillon de poule, viande de bœuf…



Jusqu'à l'âge adulte, la plupart des fractures sont dues à un traumatisme exceptionnel lors duquel l'os a été tordu ou cassé. Chez les personnes âgées, la plupart des fractures ont lieu parce que les os s'amincissent et perdent de leur solidité. En prévention, l'acupuncture, la pharmacopée chinoise (zhōng yào 中药), ou la pratique du qì gōng (气功) permet de renforcer les os : il faut cultiver la vie (yǎng shēng 养生) !



305 vues0 commentaire

Comments


bottom of page